Investipole




Vérification de CV

L’Agence de Detective Privé Lyon INVESTIPOLE vous permet de vérifier la véracité des CV de vos futurs salariés et associés.

Face au problème des CV trompeurs, les entreprises françaises se voient obligées d’être vigilantes | Les Echos

Face au problème des curriculum vitae trompeurs, les entreprises françaises, défavorisées par la jurisprudence, se voient obligées d’être vigilantes. Des initiatives se créent pour les épauler dans leur travail de vérification des CV.

Dans le monde merveilleux des CV, tout paraît toujours parfait : les stages ont été systématiquement enrichissants, les anciens emplois valorisants, et le trilinguisme règne. Mais, selon plusieurs études parues récemment, ces CV seraient assez largement enjolivés : par exemple, selon le cabinet de conseil Florian Mantione Institut, 75% de ces CV seraient concernés. Ce chiffre englobe évidemment toutes les imperfections recensées. Tous les postulants ne sont pas à l’image du «  mythomane complet », comme celui rencontré un jour par Jean-François Drouot-L’Hermine, le président de Syntec Recrutement. « Ce candidat s’était rajeuni de cinq ans, prétendait être diplômé d’ HEC Lausanne alors qu’il sortait de l’école d’hôtellerie de Lausanne et affirmait avoir quitté son employeur depuis trois mois au lieu de trois ans ! », raconte-il. Ce niveau d’invention reste rare : en revanche, parmi les mensonges les plus courants, on compte les exagérations sur les rémunérations antérieures, et les déclarations fantaisistes quant au nombre et au niveau de langue possédées par les candidats.

Dans ce contexte, quelques sociétés tentent de capter un nouveau marché : celui de la vérification des CV. Une start-up, Verifdiploma.com, devrait voir le jour avant la fin de l’année. Son objectif : proposer aux DRH de vérifier, en quelques clics, si le candidat auquel il a affaire détient réellement tel ou tel diplôme et quel est le descriptif exact. « Face à la multiplication des diplômes français et étrangers, les responsables du recrutement sont souvent perdus » explique Emmanuel Chomarat, cofondateur.

Les employeurs plus soupçonneux encore peuvent se tourner vers Ceriv, une société créée en avril 2001, et qui se propose de vérifier, au besoin, l’intégralité d’un CV. Pour le grand jeu (contact avec les anciens employeurs, test de langue), il en coûtera 150 euros. « Nous sommes des défricheurs sur ce marché », reconnaît un des fondateur, qui fait état d’une centaine de contrôles établis depuis la création de Ceriv, « dont un réellement truqué et les trois quarts aménagés », souligne-t-il, car les CV circulent de plus en plus vite avec Internet. »

Une part du processus de sélection

Le marché de la vérification serait-il sur le point d’exploser ? Rien n’est moins sûr. « Les entreprises françaises sont peu méfiantes et très peu d’entre elles prêtent une attention réelle à la vérification des CV », note Didier Vuchot, du cabinet Korn Ferry. « Ce genre de pratique ne fait pas partie des mœurs françaises, souligne Jean-François Drouot-L’Hermine, tandis que chez nos voisins, la vérification est quasiment systématique. » Dans le modèle anglo-saxo, les candidats présentent d’emblée plusieurs références sur leurs curriculum vitae, que les employeurs ne manquent d’ailleurs pas d’appeler. De fait, en France, les entreprises comptent avant tout sur l’entretien d’embauche pour cerner leurs candidats et repérer les éventuelles tromperies. Chez Accenture, les postulants passent « au minimum trois entretiens, ce qui permet de limiter les risques », indique-t-on au siège. Air France pratique la même politique. « On profite de l’entrevue pour vérifier les flous du CV, pour recouper les dates et tester les niveaux de langue », précise Marie-Pierre Seigneur, chargée du recrutement. Les recruteurs -cabinets de recrutement comme entreprises- prennent tout de même la peine de faire de plus amples vérifications lorsque leur choix se fixe enfin sur un unique candidat. « C’est même compris dans le prix de notre prestation» affirme Jean-pierre Vermès, du cabinet de conseil en recrutement TMP worlwide. Pour nous, ce genre de service de vérification n’a de sens que s’il s’inscrit dans processus complet de sélection du candidat.

Reste que les entreprises, qu’elles vérifient par elles-mêmes les CV ou qu’elles externalisent ces tâches, ont intérêt à être prudentes. Car en cas de litige, l’avantage est donné aux salariés. Certes, selon le Code civil, « un contrat de travail peut être déchiré si une des parties a commis une manœuvre frauduleuse ». Mais le fait de communiquer de fausses informations n’est pas considéré comme une fraude, à partir du moment où l’entreprise était en mesure d’effectuer des vérifications avant l’embauche. Depuis 1992, un texte stipule que l’employeur a, non seulement le droit, mais aussi le devoir de s’informer sur le parcours professionnel du candidat. Plusieurs arrêts de la Cour de cassation ont donc donné raison à des salariés qui avaient menti sur leurs diplômes ou leur parcours professionnels. A bon entendeur…

Principales villes dans le département :

Tags